En poursuivant votre navigation sur Klubasso, vous acceptez l’utilisation de cookies. en savoir plus   OK


Cette fonction sera disponible prochainement.
Vous en serez informé via la lettre d'infos.
Chaque jour des fonctions sont réactivées et signalées dans le GUIDE.
Nous faisons notre maximum, merci pour votre compréhension.

Ne surchargez pas le Service Assistance en demandant quand cette fonction sera disponible, votre demande n'aurait pas de réponse.
AGY - Association gapencaise de yoga
yoga gap,yoga nidra(relaxation),méditation,yoga en entreprise,bien-être
www.klubasso.fr/yogagap
Gap
Hautes-Alpes (05)
voir infos contacts
AGY - Association gapencaise de yoga
yoga gap,yoga nidra(relaxation),méditation,yoga en entreprise,bien-être
www.klubasso.fr/yogagap
ARTICLES | LECTURE DE L'OUVRAGE "L'ESSENCE DU YOGA"
01-L'ESSENCE DU YOGA DE SWAMIJI SHRI SIDDESHWAR
 
article de Katy LEROUX | 7 octobre 2012 | vu 2186x
3 minutes de lecture




L'ESSENCE DU YOGA
La condition humaine



Il y a deux mille ans, Patanjali fut le premier à développer les principes du yoga.

Selon sa pensée, le yoga est l'expérience de l'union avec l'univers et avec Cela, qui existe éternellement. En considérant la diversité propre à la nature, est-il possible de se sentir en union avec elle ? Il y a une multitude d'êtres tous différents et un nombre infini d'éléments dans l'univers. Comment peut-on trouver l'unité dans cette diversité ? Cette question fut exposée par Patanjali dans son célèbre traité, le yoga sutra, en termes simples malgré leur côté ésotérique. Il explique que les différences qui nous frappent ne sont qu'apparentes. Mais, lorsque nous dépassons la surface des choses, nous atteignons un état où les différences externes se dissolvent. Par exemple, l'océan et une goutte d'eau sont différents, l'un vaste, l'autre minuscule. Ils diffèrent tellement qu'on ne peut les confondre. Mais ils sont tous deux constitués d'eau. En considérant leur essence, toute différence apparente disparaît. Ainsi, nous sommes mentalement et physiquement différents. Cette différence n'est qu'extérieure. Au-delà de l'intelligence, je me trouve dans un état dénué de sentiments, de pensées et de désirs. Ce qui existe alors est «Je». Ce «je» n’est pas qualifié par les pensées et les émotions. Ce «je» est l'essence. Cela est vrai pour chacun de nous. Si l'on oublie le monde extérieur pour entrer en méditation, nous faisons l'expérience du vrai soi. Nous sommes établis en nous-mêmes. Dans cet état rare, il n'y a plus « je», ni «vous», ni même l'univers, mais seulement une conscience stable. Cette conscience est invisible. C'est l'âme invisible. Le yoga apporte l'aide nécessaire pour parvenir à cette réalisation. Il est parfaitement naturel de se demander ce qu'il faut faire pour y parvenir. Patanjali répond à cela : «ne rien faire». Ne rien faire signifie ne pas penser, ne pas éprouver de sentiments. C'est l'expérience du soi en soi-même. Cet exercice purement mental est la méditation.

Le yoga dont le but ultime est d'expérimenter l'union, n'est pas difficile si l'on s'abstrait suffisamment du monde. La seule pensée «Je suis en train d'expérimenter l'état de méditation» est déjà un frein à la réalisation du but.

Un érudit approcha un saint homme pour lui exprimer son désir sincère de faire l'expérience de la vérité. Le maître lui répondit «Garde le silence.» L'érudit lui demanda «Quelle est la voie du silence ?» Le maître lui répondit «la méditation». L'homme posa une nouvelle question : «Qu'est-ce que la méditation ?» Le maître lui dit: «Garde le silence. » Réponse énigmatique !


La méditation nécessite le silence mental. L'homme peut accomplir des exploits grâce à son intelligence, mais garder le silence intérieur est pour lui un effort presque insurmontable. Car même si on ne parle pas, l'esprit continue un dialogue intérieur.

La nature permet à l'homme d'approcher la vérité, car elle l'aide à se détacher de son ego et à pratiquer le yoga.

Un roi construisit à très grand frais art temple grandiose. Les gens alentours vinrent visiter le lire saint. À proximité du temple, un jeune homme était assis au sommet d'une colline. Il faisait l'expérience de l'unité en admirant la nature. Le roi en vint à connaître son existence et voulut le rencontrer. Il lui demanda ce qu'il faisait là. L'homme lui répondit : «Je fais l'expérience de Dieu et je récite mes prières". Surpris de sa réponse, le roi le questionna encore. Pourquoi ne vas-tu pas au temple pour prier ? Là, tu ne sera pas dérangé.» Devant la requête insistante du roi, l'homme répondit : «Mon Dieu n'est pas dans ce temple. Il est dans la nature, dans le ciel, le soleil, la lune, les montagnes et les vallées. Mon Dieu est trop grand pour rester dans un temple. Créateur de l'univers infini, comment pourrait-il être enfermé ?
Pour moi, c'est le monde entier qui est un temple, et Je veux seulement y sentir Sa présence. Ma prière n'est pas uniquement verbale, c'est aussi le sentiment de Sa présence dans toute la nature, parce que prier est sentir la présence divine. Donc, cette prière peut être dite n'importe où, sans se limiter à l'univers du temple. »


Comme ce jeune homme, nous pouvons sentir Sa présence dans un environnement calme et serein.
S'il nous arrive d'être entouré par une végétation luxuriante dans une nature accueillante, nos azurs s'adoucissent et cheminent vers «l'union», finalité du yoga.

Mortel, habité par le désir, « l'homme sait le monde et le non-monde ; par le mortel, il veut gagner l'immortalité.»

REMERCIER
133

POSTER COMMENTAIRE

homme   femme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

si vous êtes membre, identifiez-vous pour que vos nom/photo s'affichent



Démarcharge commercial interdit
AGENDA
DERNIÈRE VIDÉO

Bhagavad Gîtâ श्रीमद् भगवद् गीता : La dextérité dans
DERNIERS INSCRITS
DERNIERS CONNECTÉS
PHOTO DÉCOUVERTE